Obsèques de Sébastien
Hommage et évocation de sa vie par son papa

Sébastien, Mon Seb,

Tu es né le 14 février 1985 à PAU, le jour de la fête des amoureux, un beau cadeau pour tes jeunes parents.

Le Nord Béarn t’a vu naître. Tes amis de là-bas sont présents.

Lus la Croix Haute dans la Drôme, entre Vercors et Dévoluy, t’a vu grandir. Ta famille et tes amis de là-bas sont également présents.

St Chamond, et plus particulièrement La Bruyassière, t’a vu t’épanouir, te construire, murir, dans ce monde rural dans lequel tu étais si bien. Tu aimais la terre et les animaux.

Le bonheur était là pour la famille jusqu’à ce terrible 27 mai 1998 où ta vie a basculé dans le monde du silence, prisonnier de ton corps.

Après deux très longs séjours en réanimation, tu reviens à ta maison malgré ton coma et ton état léthargique.

Avec Dadou et maman, nous ne nous sommes pas posé bien longtemps la question de savoir où était ta place. Elle était là .. à la Bruyassière, avec ta famille, près de la ferme.

Avec toi, mon Seb, nous avons tout osé...

Osé déjà ce retour en hospitalisation à la maison, presque inconcevable à l’époque pour le corps médical, voir une première pour la région.

Osé partir en vacances avec toi, d’Arzacq dans les Pyrénées, en passant par Lus jusqu’à ce que l’on découvre ensemble la Haute Maurienne et Bessans qui nous accueille depuis plusieurs années.

Osé sortir et se promener ensemble en forêt ou en montagne grâce à ton chariot cross d’abord puis avec une joellette plus légère.

Osé se baigner dans ta piscine pour gagner en souplesse et en décontraction de ton corps.

Il y avait encore plein de projets à partager ensemble, à construire ensemble.

12 ans de coma, 10 ans que tu étais de retour avec nous, ton corps devait être usé, fatigué certainement.

Cette vie a tes côtés depuis ton accident n’a pas été tous les jours facile … ce ne fût pas un long fleuve tranquille qui s’écoulait. Il y avait des moments de joie certes mais également des périodes de doutes en raison de ton état de santé, pour revenir rapidement à des bons moments. Des soins réguliers et permanents durant ses 3543 jours qui commençaient tôt les matins pour s’achever plus ou moins tard le soir. Mais cela n’était rien, c’était notre mode de vie choisi, notre façon d’être avec toi, d’échanger avec toi.

Je retiendrais, mais également Nicole et David, je retiendrais donc de cette expérience une merveilleuse aventure humaine pour plusieurs raisons.

Certes des imbéciles nous ont tourné le dos et d’autres nous ont dénigré, critiqué voir trahi … ils n’ont rien compris à la vie.

Mais je veux me souvenir que des bons moments passés. Ce fût un enrichissement personnel important.

Tout d’abord, j’ai découvert pour ma part une relation père-fils (mais également mère fils pour Nicole et frère-frère pour David) que je n’imaginais même pas. Cet attachement à toi, ce besoin d’être à tes côtés, de te toucher, de percevoir ton ressenti à travers des signes que tu pouvais nous adresser. Ton regard parfois noir parlait de lui-même.

Enfin, j’ai découvert ce qu’était la solidarité, le besoin d’aider les autres, de se tourner vers les autres, d’aider son prochain. Tout cela, nous l’avons reçu au quotidien par vous tous. Ce réconfort de tous les instants a certainement été la réussite de cette tranche de vie à tes côtés.

Séb, tu étais un enfant timide, réservé et discret. Jeudi lorsque tu es parti, tu l’as fait discrètement, selon ta nature, comme si tu ne voulais pas nous réveiller, tu es parti sans bruit, sans alarme, sur la pointe des pieds, tu en avais certainement assez de vivre, de lutter contre ton corps qui te paralysait...

Ton hospitalisation à domicile fût une réussite et un beau challenge. Un objectif que nous sommes donnés maman, Dadou et moi-même et bien sur tous tes proches. Un objectif de vie d’où le nom de l’association Un But pour Sébastien.

Ce but nous l’avons atteint non pas tous seuls, avec vous tous bien sûr je l’ai déjà dit... mais avec des personnes qui nous sont très chères :

Pendant ces dix années, elles ont été présentes pour lui apporter des soins, du bien être, de la force et de l’endurance...

Mon premier remerciement va à Sylvie, ta nounou. Son Seb comme elle disait tous les jours, elle te connaissait par cœur, elle était à tes côtés tous les jours voir même des nuits. Ta deuxième maman en sorte.

Les remplaçantes de Sylvie mais également la nouvelle équipe mise en place dernièrement : Nathalie, Djamila et encore Nathalie.

Tes infirmières, Marie Françoise et Sandrine sans oublier au début Denise

Tes kinés, Nicolas et Eric qui t’ont pris en charge dès le début puis Catherine, Alexis et Jérémy

Tes médecins, Bernadette et auparavant Eric

Les services de l’ALLP, ton fournisseur de matériels médicals etc etc

Enfin, celui qui était toujours là pour t’apporter un plus, dans une autre forme de soins, et il se reconnaitra.

Mon Seb, tu es né je disais à Pau à la clinique des cygognes. Aujourd’hui dans ton cercueil, tu portes le tee shirt de ton association avec sa mascotte qui joue au football : une cygogne.

Notre cygogne à nous est partie, elle vole au dessus de nous vers de nouvelle contrée. Mais la cygogne est un oiseau migrateur qui revient sur ses terres, elle passe et repasse. Tu seras au dessus de nous pour nous guider, nous faire avancer, nous faire progresser. Puisse un jour que cet amour qui est né autour de toi, que cette solidarité qui a vu le jour pour toi ne soient pas qu’une utopie, qu’une goutte d’eau dans l’océan et que le monde enfin puisse devenir meilleur.

Je disais qu’avec toi, j’avais tout osé, nous avions tout osé, encore aujourd’hui, nous allons sortir des sentiers battus, des règles de l’église. Tu es un exemple de courage, de force pour nous tous et rien que pour cela nous te devons le respect et l’admiration.

C’est pourquoi je vais vous demander de bien vouloir vous lever et d’applaudir comme il se doit ce jeune homme, notre Seb.

Merci pour lui.

Sébastien sera inhumé aux côtés de ses grands parents maternels dans le nouveau cimetière de St Chamond. Toutes les personnes et amis qui souhaitent l’accompagner à sa dernière demeure peuvent se joindre à nous.
A l’issue de cette inhumation, vous êtes conviés à venir prolonger ce moment de recueillement, de retrouvailles et de souvenir, chez nous à la Bruyassière où vous y êtes cordialement invités.

Encore merci pour votre soutien et votre présence en ce jour à nos côtés.

Et comme on dit dans le Béarn « Adishat », Sébastien

Mon Seb, je t’aime.