27 - DÉCEMBRE 2016

La vie redevient belle.

Cette seconde rechute est à nouveau maîtrisée avec succès et les parents d Alexane songent alors à avoir un deu- xième enfant et c est ainsi qu Amaury, un adorable petit garçon comme sa sœur d ailleurs, vient au monde le 17 janvier 2013. C est un grand bonheur, une immense joie. Alexane va bien et sa famille peut enfin penser à l avenir. Durant l été 2013 et l été 2014, Alexane est libérée de toute hospita- lisation et traitements. Elle peut enfin et pour la première fois de sa vie, ve- nir durant ces deux étés, passer trois semaines d affilée chez ses grands-pa- rents paternels qui habitent dans le Finistère, dans la région de Brest. Les mois passent, les proches d Alexane les comptent sans même se l avouer, et ils en arrivent à croire que tout est fini, que la vie va continuer comme un long fleuve tranquille. Marie-Noëlle ef- fectue des démarches pour reprendre son travail.

Rodolphe part en mission et

tout recommence

L escadron de St-Nazaire part en mis- sion en Nouvelle-Calédonie le 28 jan- vier 2015. Alexane vient de passer un contrôle et ses parents n ont pas les résultats avant le départ de son papa. Toute la famille est confiante, et nul ne pense à des résultats de bilan autres que satisfaisants. Hélas, c était sans compter sur ce redoutable cancer.

Une semaine après le départ de Ro- dolphe, Marie-Noëlle appelle ses beaux-parents pour leur dire qu Alexane rechute pour la troisième fois. Comme la première fois, en 2007, Marie et Jean-Louis ont l impression qu une nouvelle bombe leur tombe sur la tête car ils pensaient qu avec leurs enfants, ils pouvaient enfin vivre normalement, comme tout le monde, mais non .la

vie en a décidé autrement. Ils n ont vrai- ment pas de chance.

Et puis tout recommence, les revoilà tous plongés une quatrième fois dans la maladie. Une nouvelle fois, Rodolphe, en accord avec son épouse, décide de rester en Nouvelle Calédonie pour rai- son financière et pour pouvoir avoir une indisponibilité au retour de mission lui permettant d être pleinement dispo- nible pour sa famille. Cependant, il se tient prêt à revenir d urgence si l état d Alexane le nécessite. Heureusement tout se passe «normalement» si tant est que l on puisse utiliser cet adverbe. Alexane bénéficie d une chimio douce, dans un protocole d essai thérapeu- tique et peut ainsi continuer son CM2 normalement tout en allant au CHU de Nantes tous les vendredis pour y rece- voir une perfusion de chimio. Par ail- leurs, la fillette doit prendre quotidien- nement à domicile une autre chimio orale. Il y a des périodes de fatigue mais globalement tout se passe assez bien. Alexane arrive presque à finir son année scolaire. Au niveau scolaire, son maître fait en sorte qu elle rattrape le retard et comme elle est très mature et intelligente, ce n est pas un problème pour elle. Elle épate vraiment toute sa famille. Son courage est immense.

Le combat contre la maladie

est rude

Alexane est en chimio de février 2015 à fin juin. Elle est inopérable tant que la tumeur ne se résorbe pas, car cette foutue saleté qui n arrête pas de «mon- ter» dans le corps de la fillette à chaque rechute, se situe cette fois à hauteur du cœur, et est coincée et collée à l aorte et la colonne vertébrale.

De plus, pour la première fois, Alexane souffre depuis plusieurs mois de dou- leurs osseuses dans le dos et a dû être mise sous morphine car la tumeur

pousse sur ses vertèbres et provoque un début de scoliose. Rodolphe est ren- tré de mission à la mi-mai. Alexane sup- porte assez bien cette chimio douce qui est prévue sur le long terme, jusqu à la fin de sa croissance. Sa famille fonde alors beaucoup d espoir dans ce trai- tement. Mais voilà, à chaque fois, pa- rents et grands-parents se prennent une gifle, et fin juin, suite à un bilan, ils apprennent que cette chimio n a donné aucun résultat et n a servi à rien. Les bras leur en tombent.

Une solidarité familiale

à toute épreuve

Le CHU de Nantes décide alors d intro- duire une radiothérapie d urgence car la tumeur s est infiltrée dans la colonne vertébrale et s approche dangereuse- ment de la moelle épinière et risque de provoquer une paralysie sur tout le bas du corps jusqu à hauteur du cœur. Cette radiothérapie dure deux semaines et demie. Marie et Jean-Louis refont le déplacement chez leurs enfants. Ils se rendent dans leur maison où il y a de la place car Rodolphe est encore en déplacement durant quelques jours en juillet. Maintenant qu il y a le petit frère, tout est un peu plus compliqué car il faut quelqu un pour accompagner Alexane aux soins à Nantes tous les jours et quelqu un pour garder Amaury. Les grands-parents, retraités à présent, seront toujours là pour accompagner le jeune couple tant que le besoin s en fera ressentir.

Les médecins nantais

impuissants face

aux nombreuses récidives

Depuis la fin de la radiothérapie vers le 18 juillet 2015, rien ne se passe. Tous les médecins étaient en vacances. Ro-