11 - DÉCEMBRE 2016

connaître l association «Gendarmes de Cœur», qui se- lon lui, était encore trop méconnue, en mettant en place un plan de communication. Pour commencer, il lui fallait l aval de ses supérieurs, qu il a obtenu as- sez rapidement. Les chargés de communication des mairies de TREVOUX et de MASSIEUX ont réalisé un article dans leur revue locale respective. Par la suite, il a voulu faire paraitre un article dans la presse régionale et aurait aimé faire réaliser un re- portage télévisé. La directrice de la chaîne FRANCE 3 Rhône-Alpes a accepté de réaliser ce reportage. Elle voulait mettre en avant une famille recevant les aides financières de l association et son projet sportif. Le seul problème fut de faire coïncider les trois emplois du temps : famille, journaliste et Nicolas. Malheureu- sement, et ce fut le plus grand regret de notre gen- darme, les trois parties n ont jamais, réussi à se coor- donner pour réaliser ce reportage qui aurait pu être un beau tremplin de communication pour l association.

La préparation physique Parallèlement à la recherche de dons et à la mise en place du plan de communication autour du projet, il fallait également se concentrer sur la préparation physique. Nicolas a envoyé de nombreux mails à des sportifs compétents pour être bien conseillé et trouver un programme de préparation physique. Hélas, la ma- jeure partie de ses demandes n a pas abouti. Seul, un collègue sportif de Bordeaux a bien voulu partager ses expériences. Nicolas s est donc préparé à la manière d un gendarme de brigade tel un sportif amateur et inspiré par ses revues de trail préférées. Il a donc en- chaîné les kilomètres et accumulé des dénivelés pour arriver en pleine forme le jour J.

La course Octobre 2015, le grand jour arriva assez rapidement. Nicolas s envole pour La Réunion. Il va enfin partici- per à cette épreuve tant attendue. Après une petite semaine d acclimatation dans la famille, arrive enfin le départ, le jeudi 23 octobre 2015 à 22 heures sur le bord de mer à Saint Pierre. Sylvie, Gelsy et Stéphane ont décidé de le suivre en permanence durant cette course et de lui servir d as- sistance. Le coup d envoi est donné. 3 500 coureurs qui n ont qu une envie, prendre part à cette belle épreuve, traverser l île en courant et arriver au stade de la Redoute. Le coup d envoi est lancé dans une ambiance musicale typique de l île. Une foule énorme applaudi les concurrents sur une distance d au moins cinq kilomètres. L adrénaline, le stress et la pression sont là. Nicolas a l impression de s envoler même s il commence à ressentir un début de douleur au genou gauche. Il pense que cette douleur va s estomper rapi- dement. Il court à son allure, dans cette longue mon-

tée qui l emmène jusqu au volcan. Environ quarante kilomètres de montée et cette douleur qui persiste et devient de plus en plus forte. Le jeune homme s ac- corde un premier massage au trentième kilomètre pour tenter d apaiser la douleur. Au trente septième kilomètre, Nicolas masse à nouveau son genou, mais la douleur est trop vive. Les sept derniers kilomètres ont été horribles. Il lui était impossible de trottiner et plus grave encore, il avait de grosses difficultés à mar- cher dans les descentes. A ce stade de la course, le jeune gendarme préférait les montées aux descentes car la douleur était moins intense.

L abandon Arrivé aux trente septième kilomètre, la douleur deve- nue insupportable, contraint le militaire à l abandon. Le moral avait disparu. Ayant déjà participé à cette course, il savait ce qui l attendait encore. Il n était qu au tout début de l épreuve. Il lui restait encore cent vingt kilomètres à parcourir, mais avec cette douleur, ce n était plus possible. Le trail reste pour l adjudant VIGNERON une passion, mais sa nature prudente a pris le dessus, il n était pas question de risquer une blessure grave pour obte- nir un bon classement dans une course. Avec regret, il dégrafe son dossard avec un gros coup au moral. Il lui faudra plusieurs semaines pour se remettre à courir. La réussite de ce projet lui tenait tellement à cœur qu il s est mis trop de pression. Il lui faudra la remise du chèque au président de l association, le 9 décembre 2015 pour comprendre que malgré cet abandon sportif son projet avait été en partie réalisé.