type se déroule comme suit : le lundi après-midi rendez-vous chez l orthophoniste, le mardi matin kiné, le mercredi matin psychomotricienne, le jeudi matin de nouveau kiné et le ven- dredi pédiatre pour faire le point.

Tous ces rendez-vous se passent à 25km de la maison soit 50 km aller-retour remboursés une misère La hiérarchie Gendarmerie de la compagnie d Egletons est au rendez-vous pour adoucir le quotidien professionnel du Gendarme Michon dans cette épreuve, l assistante-sociale ne démérite pas.

Mais c est sans compter sur les services administra- tifs, la maison départementale des personnes handicapés (MDPH) en tête... C est cet organisme qui décide si l épouse peut percevoir une indemnité pour compenser sa perte d em- ploi afin de s occuper à plein temps de la petite Eléa, car en dehors de la vie de tous les jours une prise en charge de la trisomie 21 avec sérieux, impose plusieurs rendez-vous contraignants. Dès la création du dossier de prise en charge l expert de la MDPH se veut confiant, Caroline devrait bénéfi- cier d un complément afin de compenser la perte de salaire et surtout le coût de prise en charge d Eléa d un montant de 1000 par mois.

UNE CHUTE BRUTALE DE REVENUS

Finalement après des mois d attente, la décision est prise. Le complément sera de 96 euros par mois... La raison évoquée est la bonne évolution d Eléa depuis sa naissance, donc elle n aurait plus besoin de toute l attention de ses parents et en particulier de sa maman qui peut laisser son enfant en crèche et reprendre une activité professionnelle. Problème, Eléa est allergique à une liste d aliments longue comme le bras et en particulier aux protéines de lait ce qui ne permet pas de la laisser en crèche aux heures des repas.

Eléa n ayant que dix-huit mois elle prend ses repas à : 8h, 12h, 16h et 19h... Ce problème d alimentation nécessite l achat d un lait spécial facturé près de 200 euros par mois, non pris en charge par la sécurité sociale. Eléa ne peut pas être placée chez une nourrice agréée car les intervenants (kiné, pédiatres...) ne se déplacent pas chez le particulier.

C est donc la descente aux enfers financiers, le crédit immobilier amputant de 50% la solde avec l impossibilité de vendre car les conditions d emprunt ne le permettent pas dans l immédiat. Le budget lait fini de tuer le budget du couple. Il ne reste que quelques centaines d euros pour vivre et la banque perd patience. Les parents d Eléa se sont ren- seignés pour louer leur maison, mais en Corrèze les prix de location étant très bas, ils ne pourront pas louer plus de 500 euros par mois soit un manque de 500 euros tous les mois pour solder leur crédit.

Depuis le mois de juin 2015, Caroline n a pas été payée car, entre les deux pertes de dossiers de la part de la MDPH, les oublis de passer le dossier en commission et les six mois de délai qu ils s octroient pour traiter un dossier, la situation

financière du couple est devenue plus que difficile. Le préfet de la Corrèze est intervenu pour débloquer la situation auprès de la MDPH qui est revenue sur sa décision pour une période de six mois. Le souci c est qu après cette période il leur faut refaire une demande de prise en charge et attendre de nou- veau que les administrations réétudient le dossier.

Eléa une petite fille débordante d amour et d énergie qui ne doit son évolution qu a ses parents. Parents abandonnés par l administration au péril de l avenir de leur fille. Nous ne demandons pas la lune, juste de ne pas avoir une double peine, car en plus de supporter le handicap de notre fille, les administrations finissent de nous enfoncer.

Article Gendarme Stéphane MICHON

106 - DÉCEMBRE 2016