Ils nous ont aidés

LA 338ÈME PROMOTION DE L'ESOGN DE MONTLUÇON
APPORTE SON SOUTIEN AUX "GENDARMES DE CŒUR"

La 338ème promotion termine sa scolarité

En cette journée ensoleillée du jeudi 4 septembre à l'école de sous-officiers de MONTLUCON, la promotion Major GRANADOS a été mise à l'honneur à l'occasion de sa cérémonie de fin de scolarité. Présidée par le Colonel Gilles SORBA, commandant l'école, le Général Daniel LEIMBACHER, commandant les forces aériennes de la Gendarmerie, et en présence de la famille du parrain, la journée a été l'occasion pour les 110 élèves-gendarmes de célébrer à la fois la fin de leur stage de formation et la vie de ce gendarme, chef mécanicien sur hélicoptère Ecureuil, disparu avec son camarade pilote, le major Xavier CHANDELIER, lors d'une opération de secours sur le Pelvoux, un sommet des Hautes-Alpes. Aussi, la journée a-t-elle été ponctuée d’événements marquants comme la messe donnée en l'honneur du Major Granados en l'église de MONTLUCON, ou la cérémonie de remise de galons marquant la fin de scolarité et le début d'une carrière au sein de la Gendarmerie Nationale. Cette cérémonie a été aussi l'occasion pour les sous-officiers de se remémorer leur année de formation tout en entonnant le chant « Elève Gendarme » symbole de leur appartenance nouvelle à l'institution sous le patronage d'un hélicoptère EC 135, emblème des forces aériennes de la Gendarmerie.

Une formation militaire et professionnelle

Incorporés le 17 Décembre 2013, les élèves-gendarmes ont dû apprendre une des valeurs essentielles de la Gendarmerie : la cohésion. A travers une formation militaire axée sur l'apprentissage des actes réflexes du combattant ainsi que des ordres de chef de trinôme, les sous-officiers ont pu forger leur rusticité et leur goût de l'effort dans des bivouacs de plusieurs jours au terrain de manœuvres du Méry. Ils ont aussi pu se confronter à une des grandes problématiques incombant aux soldats de la loi : la défense opérationnelle du territoire. Grâce à de nombreuses séances de tir, de parcours du combattant ou de marches commandos, les élèves-gendarmes ont pu se forger un savoir-être ainsi qu'un savoir-faire militaire propre aux forces armées. Cette formation initiale fut complétée par un apprentissage professionnel à travers de nombreux cours dispensés  en matière de sécurité routière, de police judiciaire ou d'éthique professionnelle et sur lesquels les élèves furent évalués tout au long de l'année.

Un stage à SAINT-ASTIER

Pendant une semaine, les élèves-gendarmes de la promotion Major Granados se sont rendus au Centre National d'Entraînement des Forces de Gendarmerie de Saint-Astier afin de se perfectionner aux techniques du maintien et du rétablissement de l'ordre dans des conditions proches du réel. Empreint de rusticité, le stage permit à la fois de mettre en pratique les cours théoriques appris en école ainsi que de révéler certaines vocations. Entre la mise en place d'un barrage d'arrêt fixe, ou l'acquisition de la technique du décrochage, les stagiaires ont pu se jauger sur des parcours d'audace, ainsi que sur la fameuse tour TITI, remède à tous les phobiques du vide. Le stage s'est conclu sur un pot de cohésion ainsi qu'un discours du Colonel Pierre CASAUBIELH, commandant le centre national de Saint-Astier.

Le choix des corps

Fin Août, à la suite des derniers examens finaux et la découverte du classement définitif, s'est déroulé en amphi Schamberg le choix des différentes subdivisions d'arme dans lesquelles les sous-officiers seront amenés à faire leur début de carrière, à savoir la Gendarmerie départementale, la Gendarmerie mobile ou la Garde républicaine. Ce choix, qui est effectué selon le rang de classement, fut réalisé de manière solennelle par les élèves-gendarmes en présence du Commandant de l'école et des cadres formateurs qui les ont suivis tout au long de leur scolarité. 

Le gala de prestige de la promotion Major GRANADOS au Château de BISSERET

Suite à la cérémonie de remise de galons, et au départ de l'hélicoptère EC 135 ayant accompagné les sous-officiers durant cette journée, les élèves-gendarmes et leurs familles furent invités à rejoindre le magnifique château de BISSERET, en plein cœur du Bourbonnais, où se déroulerait l'ultime soirée de leur scolarité. Ce fut l'occasion pour les familles de se réunir, d'échanger et de se rencontrer tout en regardant les photographies d'une année complète de scolarité, défilant sur écran géant. Suite à la dégustation d'un copieux repas, les militaires ont pu profiter d'une longue soirée sur fond de musique rock. Le lendemain matin, lors du dernier rassemblement de la compagnie, ce fut avec beaucoup d'émotion que le Président de promotion, l'élève-gendarme Sylvain Guyot, annonça que la promotion Major Granados remettait un chèque de 1303,82 euros au profit de l'association Gendarmes de Coeur.


 

Major Yves GRANADOS (1956-1996)

Parrain de la 338ème promotion de l’école de gendarmerie de Montluçon

Né le 2 décembre 1956 à St-Etienne (Loire), le major Yves GRANADOS était marié et père de deux filles. Il commence sa carrière dans l’armée de terre en juin 1975, en intégrant l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active (ENSOA) de St-Maixent. A l’issu de sa formation, il est qualifié mécanicien sur aéronefs. Il est affecté au 5ème GALREG de Lyon en 1976. Son implication dans son métier le conduise à être admis dans le corps des sous-officiers de carrière en décembre 1980. Il passe Maréchal des logis-chef le 01 octobre 1981.

Après une carrière bien remplie au sein de l’armée de terre, le M.d.l/chef GRANADOS décide de servir une nouvelle institution militaire : la gendarmerie nationale. Ainsi, il intègre le 01 décembre 1981 le Centre d’Instruction de la Gendarmerie de St-Astier- Bergerac. Il en sort nommé gendarme le 14 mai 1982. Après différentes affectations en section aérienne, dont une en Outre-mer, l’adjudant Granados obtient un poste de chef mécanicien en région PACA, à la section aérienne d’Hyères, au détachement de Briançon, en juin 1994.

Le 21 avril 1996, à 12 heures 08, l'équipage de l’alouette III engage une action de sauvetage pour deux alpinistes en difficulté sur le secteur du glacier noir dans le couloir nord du col du Pelvoux, à 3300 mètres d’altitude. Après avoir secouru un premier alpiniste, l’hélicoptère BRAVO-OSCAR retourne sur les lieux. Le sauveteur au sol perçoit le bruit d’un appareil qui se rapproche dans sa direction. Une accélération du moteur suivie d’un bruit sourd se fait entendre. L’hélicoptère percute la contre pente neigeuse que l’équipage ne pouvait voir en raison de l’épais brouillard qui l’entourait. L’adjudant Chandelier, pilote de l’hélicoptère, ainsi que l’adjudant Granados, chef mécanicien de bord, trouvent la mort dans cet accident.

Elevé à titre posthume au grade de major, il est également décoré de la médaille de la gendarmerie nationale, de la médaille d’or pour acte de courage et de dévouement, de la médaille militaire et de la médaille de la défense nationale échelon or.

Avec un courage et une honnêteté exemplaire, le major GRANADOS a accompli son devoir sans faillir. Passant de secours difficiles en altitude à la gestion de son équipe avec le même talent, il mérite notre admiration car le rôle de chef mécanicien est primordial dans la réussite des opérations de secours. Il a accompli des sauvetages périlleux dans des conditions extrêmes sans en tirer une gloire futile mais, au contraire, avec la profonde conviction de servir son idéal. Les qualités et valeurs du major GRANADOS, son abnégation et son sens élevé du devoir rendent la 338ème promotion d’élèves gendarmes fière de porter son nom.