Gendarme Jean-Paul MASSON


Remise de DON 2 Février 2017 à l'Escadron de Gendarmerie mobile de Brest

Ce mercredi 1er février, Michel SCAT et son épouse prennent une fois de plus la route pour apporter  une aide au gendarme Jean-Paul MASSON à l'E.G.M. 14/3 de BREST. Profitant de la proximité avec DINÉAULT, ils y ont fait une halte pour passer un moment avec la famille DELAMBRE/ FLOQUET que l'association parraine depuis 2009.

La gendarmerie particulièrement bien représentée

C'est au mess du Quartier BUQUET de l'escadron 14/3 de BREST qu'eu lieu ce jeudi 2 février 2017, la remise, par Michel SCAT, d'un chèque de soutien de 10 000 € au gendarme Jean-Paul MASSON victime d'un AVC ayant laissé de lourdes séquelles.

Cette cérémonie s'est déroulée en présence du Général de Division Alain PIDOUX, commandant la région BRETAGNE, du Colonel PEGOURIE Richard commandant le Groupement du Finistère, du Lieutenant-Colonel Benoît MALBRANCKE commandant la Compagnie de Brest, du Chef d'Escadron Yann MARCHAL commandant  la Compagnie de Landerneau, du Chef d'Escadron LAGOUTTE Antoine commandant la Compagnie de PLOURIN LES MORLAIX, du Chef d'Escadron MOAL Yves commandant  L'EGM de BREST, de l'Adjudant-chef Didier QUEAU groupe de la Compagnie de QUIMPER, du Lieutenant Marc BEGUE commandant la BR de BREST, du Lieutenant Marion KLEIN commandant la COB de PLOUZANE, du Lieutenant Yaël COLIN commandant la COB de SAINT RENAN, du Capitaine Eric BELLEC commandant la COB de PLABENNEC, du Major Gilles KERNEVEZ de la COB de PLABENNEC, de l'Adjudant -chef Jean Yves CARO de la COB de PLABENNEC, du Gendarme Manon PREVOSTO de la COB de PLABENNEC, de l'Adjudant –chef Bruno PEYTOUREAU de la COB de GUIPAVAS, l'Adjudant -chef Daniel TASSY commandant le PSIG de LANDERNEAU et de l'adjudant William RAOUL du GIC de CHATEAULIN.

Emu aux larmes

Ce fut un moment fort en émotions, Jean-Paul, ému aux larmes a remercié son ami William qui a été l'initiateur de cette remise d'aide. Le délégué du Finistère, fortement touché par la  situation de son camarade a pris très à cœur la mise en œuvre de ce projet d'aide pour que son ami puisse réaliser son rêve de retraite sur sa très chère ile de Molène.
Le Général Alain PIDOUX et Michel  SCAT ont rappelé dans leurs discours respectifs la nécessité d'être solidaires et qu'il fallait continuer à se mobiliser pour ne pas laisser des familles dans la détresse. A l'issue de la cérémonie, Jean-Paul a invité les personnes venues le soutenir dans l'épreuve qu'il traverse, à se rassembler autour du verre de l'amitié.

Article Laurence SCAT

 


Reportage photos

Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo  

 

VICTIME D'UN AVC A QUELQUES MOIS DE LA RETRAITE

 

Le Gendarme Jean Paul MASSON est né le 09 février 1960 à BREST (29). Il est originaire de l'île de Molène, Enez Molenez en Breton, où il grandit et commence sa scolarité jusqu'à la classe de 6ème. Il poursuit ensuite ses études sur le continent jusqu'à la seconde, passe le concours de la Marine Marchande et entre à l'école de PAIMPOL (22).

Jean-Paul fonde sa famille avant de changer de carrière

Jean Paul navigue sur les mers du monde pendant douze mois avant d'être appelé à servir sous les drapeaux dans la Marine Nationale et embarque sur l'escorteur lance missile "D 630" en 1979. A l'issue de ses obligations militaires le jeune Jean – Paul continue à naviguer et sillonner les mers du monde dans la marine marchande et passe le concours d'officier pour retourner à nouveau à l'école de PAIMPOL (22).
Notre Molénais se marie en 1981 sur son île et de cette union sont nés deux enfants âgés, aujourd'hui, de 28 et 23 ans. Il continuera à naviguer jusqu'en 1987.

Une carrière bien remplie

La conjoncture de l'époque n'étant pas favorable dans la marine marchande, Jean-Paul décide de passer le concours de la Gendarmerie et intègre l'ESOG de MONTLUÇON (03) en juin 1989. A l'issue de la formation, ce jeune gendarme opte pour la Gendarmerie Mobile et est affecté à l'escadron de Gendarmerie Mobile de Saint Etienne les Remiremont (88) de 1990 jusqu'en 1998. L'escadron interviendra notamment en 1993 pour la recherche de victimes lors de la catastrophe du Mont St Odile, qui fut une épreuve terrible pour le jeune gendarme, mais également le 23 novembre 1996, lors de la mutinerie à la maison d'arrêt  de Saint Mihiel dans la Meuse.
Lors de son séjour en Gendarmerie Mobile, il s'occupe du casernement et effectue des travaux de réfection de papier peint, de peinture et de carrelage.
En 1998, Jean-Paul MASSON est muté en Gendarmerie Départementale  à la Brigade de Saint-Marcel dans le département de l'Eure en Haute Normandie. En 2004, il demande à revenir sur ses terres de Bretagne et obtient une mutation à la brigade d'Audierne (29) jusqu'en 2008 où il intègre la brigade de Plabennec (29) ce qu'il lui permet de se rapprocher de son île « Molène ». Il obtient la médaille de la défense nationale agrafe « or » et une lettre de félicitations pour le G.8 à Deauville.

Une vie associative très riche

En 2010, Jean-Paul s’investit en qualité de trésorier dans une association Molénaise appelée "Nouvelle vague". Cette association a pour but de soutenir les personnes âgées et handicapées dans différents domaines notamment l'apport d'aide sociale, morale, technique et de conseils.  Elle vient aussi au secours de personnes vivant dans la précarité. Jean-Paul a très à cœur le bien-être des insulaires de Molène. Pour faire grandir son association, il ne compte plus les lotos et les tombolas organisés pour récolter des fonds si nécessaires à son action.
Il a également pour passion la pêche à pied et à la canne à pêche surtout le bar et les ormeaux, il pose ses permissions uniquement en fonction des grandes marées, le reste de son temps libre, il l'occupe en qualité de supporter de football du stade Brestois et l'équipe du Roudourou de Guingamp (22) en se rendant régulièrement aux rencontres à Brest (29).

Victime d'un accident vasculaire cérébral

Le 1er novembre 2015, Jean-Paul est en repos mais, animé par sa conscience professionnelle, il se rend au bureau de sa brigade car il vient d'apprendre que se collègues ont arrêté un criminel lié à une affaire qu'il a en charge. Voulant comparer le portrait-robot de l'auteur d'un crime avec l'homme interpellé par les militaires de sa brigade. Très soudainement, il  ressent des picotements dans le bras droit et éprouve des difficultés d’élocutions, son camarade présent au bureau comprend immédiatement la situation, identifie les symptômes de l'A.V.C. et prévient immédiatement les secours. Jean-Paul est transporté vers de centre hospitalier de la cavale blanche à Brest (29) où il restera hospitalisé pendant quinze jours avant d'être transféré au centre de rééducation de Guilers (29), puis au centre de rééducation de Roscoff (29) jusqu'en février 2016.

Des séquelles lourdes

Les médecins diagnostiquent une paralysie de la jambe et du bras gauche. Jean-Paul est placé en congés de longue durée jusqu'en 2020, une demande d'occupation de son logement à titre gracieux est faite auprès de la région de Gendarmerie de Bretagne qui l'autorisera  jusqu'au mois de mars 2017.
Jean-Paul possède une maison, léguée par ses parents disparus il y a peu de temps, sur l'île de Molène. Cette habitation n'est pas adaptée pour y accueillir une personne handicapée. De nouveaux aménagements sont nécessaires pour que Jean-Paul puisse s'y installer. Manquant de moyen, il n'a pas pu entreprendre les travaux d'amélioration et notamment d'une salle de bain adaptée. De plus, sur Molène il n'y a pas de kinésithérapeute, condition indispensable pour la prise en charge et la rééducation du patient. Pour finir, le débarcadère à Molène n'est pas accessible aux personnes à mobilité réduite, il ne pourra donc rejoindre son île qu'à l'issue d'une guérison totale.

Une belle solidarit

Jean Paul Masson bénéficie d'une belle chaîne de solidarité avec ses camarades de brigade qui sont toujours là pour lui apporter une aide et un soutien. Certains viennent lui tondre la pelouse, d'autres le véhiculent pour l'aider dans ses déplacements, d'autres encore l'invitent aux repas de la brigade.
Madame LE BIHAN Brigitte, l’assistante sociale du Groupement de Gendarmerie du Finistère gère avec efficacité le dossier, d'ailleurs des travaux d’aménagement adapté au handicap ont été réalisés dans le logement gendarmerie occupé par la famille MASSON pour lequel une prolongation d'occupation a été accordée.

Un malheur n'arrive jamais seul

Un malheur n'arrivant jamais seul, Catherine, l'épouse de Jean-Paul, est actuellement hospitalisée, ayant elle aussi de graves soucis de santé. Les médecins ne se prononcent pas pour l'instant quant à l'évolution de sa maladie.
Soyons optimiste et souhaitons à Catherine un prompt rétablissement.

 

Des projets pour la retraite

A sa retraite Jean Paul projetait d'acheter un petit bateau de pêche et de se présenter aux élections municipales en tant que conseiller à Molène. Il rêve de revenir sur son île, Molène, cette île qui ne ressemble à aucune autre, elle se vit. Avec ceux pour qui l'identité insulaire est synonyme d'identité tout court. Là on sait que la nature donne, mais pour qu'elle donne il faut savoir l'écouter et la respecter. Là, on sait aussi que face à la mer, un homme est un homme, quelle que soit sa nationalité ou l'immatriculation de son embarcation : à Molène, comme à Sein ou à Ouessant, on est sauveteur de culture et de cœur, Cela vous façonne une tradition d'accueil, simple et chaleureux, spontané, évident. Et là nous retrouvons les caractéristiques et les valeurs de Jean-Paul.

L'adjudant William RAOUL, délégué départemental du Finistère a tout mis en œuvre pour que  L'association Gendarmes de Cœur,  apporte à Jean-Paul MASSON une aide financière pour la réalisation des travaux de réfection de la salle de bain et éventuellement pour l'élargissement des portes pour faciliter la circulation d'un fauteuil roulant dans la maison Molénaise.

 

Article : Jean-Paul MASSON / William RAOUL