LE REVE BRISE DE JEROME MALATTIA

Le jeune Jérôme est âgé de vingt-quatre ans, passionné par la gendarmerie, il rêvait d'y faire carrière. Il a franchi avec brio toutes les étapes pour arriver à ses fins. En juillet 2014, débute pour le jeune homme la vie dont il rêvait. Un tragique accident va pourtant mettre fin à tous ses rêves.

Intégrer la Gendarmerie par passion

Jérôme souhaitait intégrer la Gendarmerie par passion. C'est donc tout naturellement qu'il s'est présenté à la Brigade de Mandelieu la Napoule (06) pour y retirer un dossier d'inscription.
Le lundi 7 Avril 2014, il a été convoqué à l'école de gendarmerie de Montluçon pour y commencer sa formation de Gendarme Adjoint Volontaire.
Il a intégré la 1ère Compagnie, commandée par la Capitaine CLAUTIAUX puis a été affecté au second peloton commandé par l'Adjudant-chef LEGRAND. La promotion 14/14 voyait le jour.
Après quelques jours de formation, le jeune homme s'est tout de suite senti dans son élément.
Au cours de la première semaine de formation, plusieurs de ses collègues ont décidé de démissionner. A la suite de ces départs, le jeune élève gendarme a été nommé Président de son peloton.

Un travail acharné et une sérieuse envie de réussite

De longues journées de formation se sont très vite enchaînées mais n'ont fait que renforcer son envie de devenir Gendarme. Un travail acharné et une sérieuse envie de réussite lui ont permis de finir second de sa promotion.
Etant originaire des Alpes-Maritimes, le souhait de Jérôme était de pouvoir y revenir. Dans  l'amphithéâtre, au moment du choix des affectations, quand la carte de France avec les places disponibles s'est affichée, son regard s'est tout de suite porté sur sa région d'origine. Il a été soulagé de voir que trois places étaient proposées. Le jeune homme  a pu choisir la région de Gendarmerie de Provence-Alpes-Côte d'Azur ainsi que le Groupement de Gendarmerie des Alpes-Maritimes.

Enfin la vie dont il rêvait et une carrière prometteuse

Au moment des choix d'affectation, il a demandé le Peloton de Surveillance et d'Intervention de la Gendarmerie (PSIG) de Cannes en premier choix car c'était la place pour laquelle il s'était inscrit dans la Gendarmerie et surtout la place qui lui tenait le plus à cœur. 
Le jour de la cérémonie de fin de promotion, la nouvelle est tombée, Jérôme était, affecté au PSIG de Cannes. Pour lui, ce fut une joie immense : il avait obtenu la place qu'il ambitionnait.
Affecté au PSIG le 13 juillet 2014 le jeune homme, commençait enfin la vie dont il rêvait.
Après quelques courtes semaines d'activité, les supérieurs du jeune G.A.V. étant contents du bon travail qu'il fournissait lui ont proposé dix jours de vacances avant une longue série d'interpellations et de patrouilles programmées à brève échéance.

Le jour où tout a basculé

Le samedi 30 Août, Jérôme décida de partir faire une balade à moto avec des camarades motards. Ils ont pris la route et la journée se passait bien quand entre MONS et CASTELLANE, Jérôme a perdu le contrôle de sa moto dans un petit virage a l'entrée duquel il y avait un cassis. Le jeune homme n'a pu maitriser son engin et il est allé percuter la montagne avec  une forte énergie cinétique.
Jérôme n'a aucun souvenir de son accident à part un flash où il se voit à terre demandant à son camarade dans quel état était sa moto. Celui-ci lui a répondu qu'elle était détruite. Il lui a encore demandé d'appeler ses proches pour leur signaler son accident.
Ensuite  le jeune homme a été évacué par hélicoptère vers l'hôpital St Anne  à TOULON (83) pour y recevoir les soins que son état nécessitait.

Un bilan très lourd

Après de longues heures sur la table d'opération le verdict est tombé : je jeune homme a été touché à la vertèbre D4. Celle-ci a été fracturée et a frotté la moelle épinière ce qui a eu pour conséquence de le paralyser complètement en dessous des pectoraux. Il avait aussi deux côtes cassées avec une perforation du poumon lui causant un pneumothorax. Son artère sous clavière s'était distendue dans l'accident et il avait également de nombreux hématomes sur tout le corps. Son bras gauche était bien abimé aussi avec une déchirure musculaire du biceps et du triceps ainsi qu'une distension des tendons.  Pour finir, une greffe de peau au genou droit a dû être effectuée.

Un long combat commence

Après 15 jours d'hospitalisation le jeune homme a été envoyé au centre de rééducation fonctionnelle "Renée SABRAN" sur la presqu'île de Giens à HYERES (83) où il a fait un long séjour de sept mois pour  apprendre à devenir autonome avec sa paraplégie. Un long combat a commencé, contre la détresse et la douleur. Les journées étaient longues et difficiles mais entre patients ils s'entraidaient, même s'ils rêvaient tous d'une vie meilleure.
Ses camarades du PSIG l'ont toujours soutenu, ainsi que son commandant de Groupement qui ne l'a pas laissé tomber. Cela prouve que la Gendarmerie est bien une grande famille.

La nouvelle vie de Jérôme

Le jeune homme est sorti du centre le 27 avril 2015 pour commencer sa nouvelle vie. Celle-ci ne s'annonce pas facile mais Jérôme est un battant, il va continuer à se battre pour vivre normalement. La vie a tant de choses à proposer qu'il ne faut pas se laisser abattre. Elle continue et chaque jour qui passe est un nouveau défi. Le regard des gens n'est pas important car il a la force inébranlable de vouloir s'en sortir. Il ne prononce plus le mot impossible car on peut tout surmonter avec la force et l'honneur.
Aujourd'hui Jérôme a le sourire et ce n'est pas un masque !  Certes il n'est plus le même mais il a le soutien de ses proches. C'est ce  qui lui a permis de s'en sortir surtout dans les périodes de doute et de désespoir.  Sa Maman et ses amis (ies) le soutiennent du mieux qu'ils peuvent et l'entourent avec beaucoup d'affection.

Un message d'espoir

Le 30 Août restera à jamais gravé en moi, mais la fin de l'histoire aurait pu être pire.
J'espère que ce témoignage aidera certaines personnes et fera comprendre à d'autres que la vie vaut la peine d'être vécue, qu'il y a toujours de l'espoir et que le handicap n'est pas une fatalité.

 


Ecole de GIE de Montluçon, la première fois que je mets la tenue


Patrouille de nuit le 14 Juillet 2014

Psig

Sabran 1

Sabran 2


1er tir après l'accident le 23 mars 2015


LES GENDARMES DE COEUR APPORTENT UNE AIDE A JEROME

Le 23 avril 2015, Michel SCAT, est venu à NICE  pour apporter son soutien au Gendarme Adjoint Volontaire Jérôme MALATTIA et lui remettre un chèque de 5000€.

Les Gendarmes ont répondu "présent":

Organisée au groupement de Gendarmerie des Alpes-Maritimes à NICE, la cérémonie a permis de réunir le Colonel MARCHAND, commandant le Groupement des Alpes-Maritimes, son adjoint, le Lieutenant-Colonel DACRE WRIGHT, le Chef d'Escadron AUROUSSEAU commandant la compagnie de CANNES, le Gendarme BIGUE, Référent Sous-Officiers et volontaires du groupement, le Major (ER) BOUCHARD délégué départemental de l'Association et plusieurs commandants de compagnies, de communautés de Brigades ou de Brigades autonomes. Étaient également présents le Major DOMBLIDE commandant en second le PSIG de CANNES et l'ensemble des personnels de cette unité ainsi que de nombreux Officiers, Sous-Officiers et Gendarmes Adjoints du département et plusieurs adhérents de l'Association "Gendarmes de Cœur".
Pour cette occasion Eric BAUTHEAC, footballeur à l'OGC NICE et Parrain de l'Association avait fait le déplacement. Des partenaires civils qui apportent leur aide à l'association, avaient également été conviés.

Petit rappel des faits

Attiré par une carrière en Gendarmerie, Jérôme part à l'École de Montluçon (03), le 07 avril 2014. Après réussite de son cursus il arrive au PSIG de CANNES le 10 juillet 2014.
En septembre 2014, Jérôme bénéficie d'une permission. Il décide avec plusieurs amis, motards comme lui,  d'entreprendre un grand circuit touristique dans la région. Alors que tout semble se passer pour le mieux, il est victime d'une sortie de route, dans un virage. Suite à ce grave accident il est atteint d'une paralysie des membres inférieurs et se déplace désormais en fauteuil roulant.

Déroulement de la cérémonie

Après avoir remercié les nombreuses personnes présentes, le Colonel MARCHAND a fait un bref rappel sur la situation du jeune Jérôme avant d'expliquer comment l'idée d'une remise de don était née. Il n'a pas manqué de souligner les différents intervenants ayant œuvré pour que cette cérémonie voit le jour. Il a remercié le Président Michel SCAT pour son engagement envers la communauté de la Gendarmerie et pour son geste à l'attention de Jérôme.

Monsieur Michel SCAT a ensuite pris la parole. Il a brièvement rappelé les fondements et les buts de l'Association avant de demander aux Militaires présents de faire connaître l'association autour d'eux, afin de pouvoir continuer à la faire progresser et vivre. Il a aussi remercié les Personnels participant puis il a remis un chèque de 5000 euros à Jérôme.

Sollicité pour prendre la parole, Jérôme a remercié avec beaucoup d'émotion, le Président Michel SCAT, Il s'est dit très reconnaissant envers ses camarades du PSIG de CANNES qui le suivent et l'accompagnent depuis son accident démontrant ainsi une franche et généreuse camaraderie à son égard. Il a souhaité que cette attention perdure dans le temps.

En marge de la cérémonie

Eric BAUTHEAC, Parrain de l'association a remis un maillot de l'OGC NICE, portant son nom et dédicacé, à Jérôme.
Michel SCAT a reçu des mains du Gendarme VILET, un casque de motocycliste d'ancienne génération, offert par le Colonel MARCHAND, pour enrichir sa collection sur le thème de la Gendarmerie

Le verre de l'amitié

Les participants se sont ensuite réunis autour du verre de l'amitié où chacun a pu échanger et se renseigner sur les actions de l'Association avant de prendre la pose pour la photo d'ensemble qui montre que les Militaires des Alpes-Maritimes se sont déplacés en nombre pour honorer cette cérémonie de leur présence.

Article : Major (er) Frédéric BOUCHARD


Reportage photos

Photos Michel Scat

 

Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo

 

 

Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo

 

Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Presse