A propos de Rafael

QUAND LE SORT S'ACHARNE SUR UNE FAMILLE…

Une perte douloureuse

Début janvier 2011, Gaëlle apprend une merveilleuse nouvelle, elle attend un nouvel enfant et s'empresse de l'annoncer à la mère de son mari. Cette dernière décède brutalement d'un arrêt cardiaque à l'âge de 65 ans trois jours plus tard. Le choc est terrible pour la famille et plus particulièrement pour Pierre, l'époux de Gaëlle qui est fils unique et qui plus est, sa mère n'a toujours été que  son seul parent. Le couple s'est rendu en Isère, région d'origine de Pierre, pour organiser les obsèques de leur parente, mais pour ce faire, il ne disposait que des trois jours accordés par la hiérarchie de Gaëlle.

Les ennuis commencent

Rafael, le fils ainé de la famille,  a été hospitalisé durant trois jours à la suite d'une double otite perforante.  En avril, on lui a posé de deux "yo-yo" appelés également aérateurs transtympaniques mis en place dans le tympan ou membrane tympanique qui permet l’aération correcte du tympan lorsque la pression régnant à l’intérieur de l’oreille moyenne est déficiente. Depuis le début de sa grossesse, Gaëlle a des ennuis, elle risque d'accoucher prématurément. A la suite d'examens sanguins dont les résultats étaient inquiétants, le médecin a prescrit une amniocentèse qui ne révèlera aucune anomalie. Cet épisode fut une source de stress pour la famille. En parallèle, Pierre s'est blessé assez gravement au genou. Il a eu un déchirement des  ligaments croisés ce qui a eu pour conséquences : un mois et demi d'arrêt maladie et une intervention chirurgicale programmée pour le mois d'octobre.

Le gendarme MATEOS a adressé plusieurs demandes de mutation à sa hiérarchie et s'est vue proposer un poste qui lui sera refusé une semaine plus tard. Le motif de ce refus est le nombre trop élevé de femme au sein de la COB. Après plus d'un mois d'attente, une seconde affectation correspondant à son premier choix a été proposée à Gaëlle. Il lui a été indiqué qu'elle serait informée plus amplement quinze jours avant de libérer son logement alors qu'elle était dans son septième mois de grossesse et que son mari était handicapé par sa blessure. Inutile de préciser que cette situation a généré un nouveau stress pour cette famille. Les soucis s'étant succédés pour la famille de Gaëlle, cette dernière n'a pas pu mener sa grossesse à terme en toute sérénité. ANGEL est arrivé à 34 semaines et il a du être transféré en réanimation néonatalogie pour une insuffisance respiratoire. Il est resté hospitalisé durant 17 jours.

Rafael se plaint de violentes douleurs dans la tête

ANGEL est né le 8 aout 2011, son grand frère RAFAEL qui attendait tant sa venue ne le verra qu'une fois avant d'être hospitalisé le 11 aout 2011.  

Alors qu'il jouait avec Pierre, son papa, Rafael, se plaint très soudainement de violentes douleurs à la tête et à l'oreille. Le père, inquiet, a conduit son fils aux urgences de l'hôpital d'ARGENTAN où les médecins n'ont décelé aucune anomalie. De retour à la maison, les douleurs ont repris,  plus tard dans la soirée, Pierre a remarqué chez Rafael un début de paralysie à droite qui devient vite très invasive. Il appela deux fois Gaëlle complètement paniqué puis emmena le petit en urgence directement au CHU de CAEN. L'enfant a vite été pris en charge, il était complètement paralysé, une ponction lombaire a été pratiquée ensuite un scanner puis une IRM ont été passés. Ces examens ont révélés une fistule faisant  pression sur le tronc cérébral. Rafael a été intubé et placé dans un coma artificiel pour qu'il ne souffre pas. Une longue attente a commencé, une opération était prévue pour le lendemain car c'était une intervention très compliquée sur un enfant si jeune. 

Quatre embolisations

Rafael a subi en tout quatre embolisations, il est resté intubé quinze jours et lors de la troisième embolisation le professeur a du, pour le sauver, boucher complètement l'artère cérébrale et les artérioles associées car il persistait une fuite sur la fistule.

Une embolisation est une technique ayant pour but d'injecter à l'intérieur d'une artère, une substance ou un matériel qui va permettre d'obstruer totalement cette artère.

Une fistule est un conduit anormal faisant communiquer une cavité ou un organe avec un autre ou avec l'extérieur de l'organisme. Un liquide normal ou physiologique circule à travers la fistule.

Des séquelles importantes

A l'heure actuelle, Rafael bouge les jambes et le bras gauche mais il ne se tient pas assis, ne marche pas, son bras droit reste inerte, seul le bout de ses doigts de la main droite bougent très légèrement, son poumon droit s'est remis à fonctionner mais pas totalement, il reste incontinent. Notre fils a d'autres séquelles importantes comme une faiblesse à l'œil droit qui est persistante, une fistule à l'artère de la jambe droite est apparue suite aux opérations, il devra passer des doppler régulièrement pour surveiller l'évolution de son état. Une fistule à l'arrière de la tête, due à une trop longue position allongée a également fait son apparition avec une escarre à côté,  sans conséquence pour le moment, mais qu'il faudra aussi surveiller. Rafael va bientôt être transféré à la FERTE MACE dans un centre de rééducation pour une durée indéterminée.

Rafael passe avant tout

Les parents restent auprès de leur fils pour l'aider à traverser ces moments difficiles. Le père de famille est en congé maladie, l'opération de son genou a été repoussée à plus tard car leur fils passe avant tout. Leur deuxième fils, ANGEL, se porte bien à présent,  il pèse tout juste 3 kilos et apporte beaucoup à Rafael à chaque visite. Gaëlle et son mari espèrent que cela pourra durer car le centre de rééducation accueillant des personnes souffrant de pathologies grave n'est pas l'endroit idéal pour que ce contact si vital pour leurs garçons perdure et se développe. Ces rencontres avec son petit frère aident Rafael dont le moral n'est pas toujours au beau fixe.

Une surprise de taille

Dans le même temps la maman a appris que son fils souffre d'une maladie congénitale provoquant des malformations comme celle qui a été découverte après son accident et qu'un suivi à vie sera nécessaire ainsi qu'un traitement adapté.

Il est apparu que Gaëlle est également atteinte de cette maladie. Elle va devoir procéder à des examens et une artériographie pour s'assurer de l'absence de malformations comme celles qui touchent  son fils. Cette révélation a été très dure à supporter pour elle et leur bébé devra également subir des examens pour vérifier qu'il n'est pas, lui aussi, touché par cette maladie génétique rare. Pour le moment les parents espèrent, chaque jour, retrouver leur fils tel qu'il était avant son accident et qu'il puisse retrouver toute ses capacités motrices et cérébrales.

Nous vous remercions de tout cœur  pour votre soutien qui nous aide à tenir  car la seul grand mère que notre fils avait est décédée cette année. De leur côté,  mes parents n'ont jamais voulu connaitre notre fils depuis le début de ma grossesse et je n'ai plus aucun contact avec eux depuis quatre ans maintenant.


Gendarme MATEOS  Gaëlle.