L'histoire de Clément

Clément

Je suis né à BETHUNE (62) le 5 mars 1990, j’ai fait la joie de ma famille et de mes Grands frères, Jéremie et Thibaut.

Il paraît que j’étais le plus trognon et le plus docile des bébés… tout allait bien jusqu’au 28 décembre 1991, où en tombant du canapé, je me suis fait le « coup du lapin », en terme médical : traumatisme crânien avec impact occipital, fracture occipitale droite se prolongeant jusqu’au trou occipital, hémorragie du tronc cérébral, et début de coma. Après 48 heures de surveillance, je suis rentré chez moi, les médecins ont dit qu’avec le temps tout allait s’arranger, mais maman avait vu que j’étais devenu différent…. Je ne parlais plus, je faisais des cauchemars, etc. …

Je devais porter un casque, alors à l’entrée de la maternelle, les ennuis ont commencés...

En 1997, je me suis retrouvé au CHU de Lille, en Neurologie, demande faite par l’orthophoniste, après un tas d’examens, mes parents ont entendu, I M C, l’horreur !!!!!  Et puis aussi, long et couteux…. La sécurité sociale militaire n’a pas daigné reconnaître mon cas, alors mes parents ont dit : tant pis, on fonce quand même, mon père n’a plus cherché à faire carrière, ma mère a refusé les propositions de travail pour s’occuper de nous à plein temps.

Entre Catherine Doutremer l’orthophoniste, le kiné, l’acupuncteur, la sophrologue, la psychiatre, le psychomotricien, la kinésiologue, l’osthéopathe,l’Orl Phoniatre, les années ont passées, à force d’acharnement, avec mes institutrices, et une dame qui venait m’aider à la maison, j’ai évolué dans une scolarité « normale », sachant qu’il n’existait pas d’autre choix, mes handicaps n’étant pas assez lourds pour être accueilli dans une structure d’enfants handicapés, mais suffisamment importants pour un milieu scolaire « général».

Clément et son papa

Mon entrée en 6ème fut catastrophique, j’avais quelques copains, heureusement, mais j’ai subi les pires brimades et les moqueries des professeurs puis des élèves, ce qui m’a poussé à deux tentatives de suicides et des fugues. Mes parents m’ont retiré de cette école, mais trop tard, les doutes m’ont envahi, j’ai sombré dans la dépression… Et nous sommes repartis au C H U de Lille, ré-examens, médicament Rétaline aussi.  A l’issue, je suis dirigé vers le Centre Marc Sautelet à Villeneuve d’Ascq en 2004; après une journée entière d’examens complémentaires, (ergothérapeute, orthophoniste, médecine physique, psychologue).  Mme le Docteur Masson  a clairement expliqué mon cas à mes parents,  spécifiant aussi qu’un travail et un courage énorme de ma part avait  rendu possible une progression dans certains domaines,  ce qui était inespéré, vu les handicaps,  et sans aide évidemment… Une prise en charge sérieuse et complète a été mise en place immédiatement.

 Ce jour là je me suis senti soulagé malgré mon apparence « normale », j’étais enfin compris, je pouvais donc être aidé. Depuis,  reconnu handicapé à 50%, j’ai   des aides nécessaires, Auxiliaire scolaire,  un transport, école adaptée, maman ne passe plus ses après midi à préparer mes devoirs ou me conduire à l’école, enfin moins, il reste les visites à droite et à gauche quand même, pour mon suivi et souvent sans papa alors… Mais moi j’ai repris goût à la vie ……………………